Quand la croissance reviendra, tout repartira !

Durant sa campagne électorale, François Hollande a tout misé sur le retour inéluctable de la croissance, celle qui crée des richesses, des emplois, réduit les inégalités sans faire de gros efforts. La réalité pourrait bien être différente en cas de non-retour de la croissance. Mais peut-on vivre autrement ?

 La croissance : pourquoi ?

Dans tout modèle économique, qu’il soit libéral ou keynésien, la croissance est un but à atteindre et tous les outils existants, de la politique économique à la politique budgétaire en passant par la politique monétaire, ne sont là que pour permettre la réussite de cet objectif ultime : ‘‘faire croître l’économie’’.

En fait, la croissance, pour les économistes, est un moyen qui permet de créer des richesses et des emplois, de donner de l’espoir aux plus pauvres tout en assurant de plus beaux jours encore aux plus puissants et de faire croire à tout le monde des lendemains plus heureux puisque le gâteau que l’on se partage s’accroît sans cesse, sans limite, sans fin.

La croissance : c’est quoi ?

Pourtant, il serait bon de se demander ce qu’est véritablement la croissance et ce qu’elle sous-tend ?

La croissance économique est un modèle basé sur la fonction exponentielle en mathématique. Autrement dit, la croissance est une fonction qui s‘accélère toujours, pour aller plus vite, plus fort, plus loin. Sans limite aucune, la croissance a besoin de toujours plus, au risque, sinon, de dérailler en une récession économique dévastatrice d’emplois et créatrice de misère sociale, mettant en danger nos systèmes sociaux et le fondement de nos démocraties. Les dernières élections, notamment en Italie, nous ont montré, si cela était encore nécessaire, la violence de la crise et la dépendance que nous avons à la croissance, ou plutôt à cette forme de croissance.

En réalité, il serait bon de se demander si la croissance reviendra un jour chez nous, en Europe ? On nous l’a promis tant de fois ces dernières années, pour ne pas dire décennies, mais elle n’a jamais semblé aussi éloignée.

Une autre croissance ?

Si le modèle dans lequel nous vivons se nourrit du toujours plus : toujours plus de ressources naturelles, toujours plus de ressources humaines, toujours plus de compétitivité pour produire toujours plus et consommer toujours plus, posons-nous la question : Existe-t-il un autre modèle de croissance ?

La quadrature du cercle, pour les économistes, c’est de répondre à un problème qui semble apriori insoluble : Comment offrir le bien être à tous,  notamment en créant des emplois et des richesses, tout en respectant les limites naturelles de notre planète et de l’Homme.

Le développement durable

S’il n’y a point de salut par la croissance, comment définir une croissance qui respecte les limites biologiques de la Terre, et celles physiques de l’Homme ? Pour en revenir aux mathématiques, la réponse à cette question serait la fonction logarithmique dont l’asymptote serait les limites de la Terre. Autrement dit, cette fonction est une formule qui croît mais qui stagne à un seuil maximum. C’est l’idée même de développement. Les petits ‘‘en développement’’ croissent pour tendre vers l’état ‘‘développé’’, les ‘‘développés’’, ayant atteint le seuil maximum,  doivent apprendre à vivre avec leurs acquis.

Le développement est une vision économique qui permet d’aider les plus fragiles à grandir tout en respectant les limites biologiques de la Terre et celles physiques de l’Homme.

Il serait peut être temps de tourner la page de la croissance qui ne reviendra pas et d’ouvrir le temps du développement.

Roccu GAROBY

EFAy President

Advertisements