Le Roi abdique, vive le Roi ?

800px-La_familia_de_Felipe_V_
Après les abdications en cascades en 2013 du pape Benoit XVI, souverain de l’Etat du Vatican laissant la papauté entre les mains de François, de la Reine des Pays-Bas Beatrix au profit de son fils Willem-Alexander, du Roi Albert II de Belgique qui s’est retiré pour laisser la place à son fils Philippe, c’est désormais au tour du Roi d’Espagne Juan Carlos 1er d’abdiquer au profil de son héritier Felipe VI. Les monarchies ont-elles fait leur temps?

La Monarchie est-elle un archaïsme?

On l’oublie trop souvent mais il existe encore bon nombre de monarchie en Europe. Le Royaume-Uni, l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Danemark, la Suède, la Norvège sont des monarchies constitutionnelles, mais il existe aussi de nombreuses principautés comme Andorre, dont le co-Prince n’est autre que le Président de la République Française, Monaco, le Liechtenstein, le Grand-Duché le Luxembourg ou bien encore le Saint-Siège du Vatican, dont le chef d’Etat, le souverain pontife, est le seul ”monarque” à être ”élu”, ou plutôt choisi par les cardinaux.

En réalité, la monarchie, ou plutôt les monarchies en Europe, ne sont ni des archaïsmes ni des preuves de modernité, elles sont tout simplement la marque de l’Histoire, le reste de traditions, l’héritage d’un passé qui continue à vivre à travers les siècles. Car la modernité d’aujourd’hui n’est pas d’avoir un Roi ou une Reine, un Président ou une Présidente mais d’avoir la démocratie! Le fait que le peuple ait le droit de s’autodéterminer!

En cela, il faut se souvenir que la Révolution française n’a pas voulu, initialement, rompre avec la Monarchie, mais a bien voulu mettre en place une monarchie constitutionnelle, autrement dit installer une démocratie, avant que les députés français ne décident de couper la tête à la Monarchie définitivement, du moins l’espérait-il, puisqu’elle fut restaurée entre 1815 et 1848, et en 1792, de décapiter le Roi Louis XVI!

La République incarne-t-elle la modernité?

Si on considère, à juste titre, que la Monarchie est le seul système qui légalise le népotisme puisqu’un descendant, le plus souvent le fils ou la fille, accède au pouvoir, même s’il n’est que symbolique, uniquement par héritage et non par es-qualité, on peut, en ce XXIème siècle, se poser encore la question du bien fondé et de la légitimité des monarchies. Pour quelle raison autre que celle de l’Histoire, tel Roi ou telle Reine peut-il se revendiquer chef d’un Etat, pour peu que cet Etat ait un sens? Aucune!

Cependant, la République, modèle politique qui veut que le chef d’Etat soit aussi élu, -avec un véritable pouvoir comme en France ou aux États-Unis ou seulement un pouvoir protocolaire comme en Italie ou en Allemagne par exemple, n’est pas la garantie absolue de la modernité.

La République française est, en ce sens, l’archétype de ce qu’il ne faut pas faire, en couplant le pire de la monarchie et le plus mauvais d’une République! En France, on élit un Monarque qui doit tout faire et tout résoudre depuis son palais (de l’Élysée!) pendant 5 ans pour mieux le décapiter à l’élection présidentielle suivante! Le centralisme français, poussé à son paroxysme, a donné lieu au jacobinisme qui n’a rien à envier à l’absolutisme pré-révolutionnaire, tant cette idéologie est totalitaire et parfois même à la limite du négationnisme. Il n’y a qu’à regarder la dernière réforme territoriale, ou la façon dont la France ”une et indivisible” traite les langues régionales, pour s’en convaincre!

Le contre-exemple qu’est le Royaume-Uni est d’ailleurs assez cinglant. Première démocratie de l’Histoire moderne, le Royaume-Uni reconnaît 4 nations (anglaise, écossaise, galloise, irlandaise, celle-ci étant devenue partiellement indépendante) et même une 5ème depuis quelques semaines, puisque Londres a décidé de reconnaître la Cornouaille comme une minorité nationale. Il a transféré des pouvoirs importants au Parlement gallois; et il accepte aujourd’hui un référendum sur l’indépendance de l’Ecosse! Certes, ce n’est pas la Renie Elisabeth II qui, de son plein gré, a fait cela mais bien la lutte politique et démocratique des peuples de Cornouaille, du Pays de Galles et d’Ecosse, de même qu’autrefois, et dans le sang, le peuple irlandais a dû arracher son indépendance.

L’abdication de Juan Carlos et le droit à l’auto-détermination

A bien des égards, la couronne espagnole, du moins à ses débuts, 1975-1990, fut aussi un symbole de modernité! N’est-ce pas le Roi Juan Carlos 1er qui, en 1975, a restauré la démocratie après la dictature de Franco? N’est-ce pas le Roi d’Espagne qui, dans la foulée, a légalisé les partis politiques nationalistes (basques, catalans…)? N’est-ce pas ce nouveau Roi qui, en 1981, a évité un coup d’Etat militaire? Juan Carlos fut peut-être, pendant un temps, un ”bon Roi”, réinstaurant la démocratie, mais sa fin de règne difficile, scandales et affaires se succédant, l’a forcé à abdiquer au profit de son fils qui ne pourra pas plus que son prédécesseur aller au bout du processus démocratique, à savoir le respect du droit de chaque peuple à l’autodétermination, en commençant par autoriser le peuple catalan à voter le 9 novembre prochain!

Avant, lorsque qu’un Roi mourait, pour officialiser sa succession, on proclamait ”Le Roi est mort (l’ancien), vive le Roi (le nouveau)!”. La modernité et la longévité de vie font que nous avons désormais des Rois et des Reines qui abdiquent! Doit-on pour autant s’en réjouir? Peu importe, car l’impasse d’une Monarchie, c’est que le chef d’Etat prête serment contre tout ”démantèlement” de son Royaume et ce, même s’il doit renier un droit fondamental comme celui des peuples à s’autodéterminer. Et, en cela, on pourrait dire que la France est une monarchie élective!

Mesdames et messieurs les Monarques de droit divin ou de droit électif, vous êtes des ‘‘hommes du passé’’, du siècle dernier ! Le XXIème siècle sera le siècle de la modernité, de la démocratie et du droit des peuples à s’autodéterminer !

Roccu GAROBY

Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune

Advertisements