Pour que CHARLIE vive toujours!

Mercredi 07 janvier, l’impensable, l’innommable, l’inacceptable s’est produit! Charlie Hebdo est attaqué mais il n’est pas mort…

Nous sommes tous CHARLIE!

En plein Paris, en plein jour, en plein milieu de la conférence de rédaction de Charlie Hebdo, 2 hommes lourdement armés assassinent de sang froid 12 personnes dont l’arsenal militaire en stock se réduisait à de simples crayons à papier, des feuilles de papier et un humour corrosif!

Featured image

Spontanément, partout dans le monde, de Paris à San Francisco, de Londres  Sydnet, des rassemblements ont eu lieu. Des femmes, des hommes, des vieux, des jeunes, des noirs, des blancs, des athées, des croyants, des homos, des hétéros… en somme: des êtres humains de toutes les origines se sont réunis pour dire qu’ils étaient tous ”Charlie”.

A Bruxelles, fait extrêmement rarissime, les drapeaux européens de la Commission européenne sont mis en berne, ”Je suis Charlie” est traduit dans toutes les langues, les minutes de silence se multiplient en hommage aux victimes mais aussi pour mettre en avant les valeurs fondamentales et universelles qui, bien qu’elles fondent nos démocraties européennes ne sont et ne seront jamais la propriété d’une seule partie du monde, et doivent être défendues partout et par tous, en tout temps et en tout lieu: la liberté de penser et la liberté de la presse!

La liberté n’a pas de prix!

Ces libertés sont les piliers fondateurs de nos démocraties modernes et nous ne devrions jamais oublier le prix payé par ceux qui les ont défendues depuis près de 4 siècles. Car on l’a peut être oublié, mais la liberté est un combat harassant, un combat de chaque instant. Si la liberté a un coût, et on l’a tristement vu ces derniers jours et ces derniers années, elle n’a pas de prix!

Charlie Hebdo, que l’on ait aimé ou pas ses caricatures, était de ceux qui se battaient depuis toujours pour ces libertés avec pour simples revendications le droit d’être corrosif, vulgaire, voire irrévérencieux. Il n’y a guère que l’obscurantisme fanatique de quelques endoctrinés qui agissent à l’encontre de tous les principes édictés par leur Dieu au nom de qui ils prétendent agir qui pourraient être terrorisés par une telle armada de crayons à papier et de feutres!

Mais en réalité, cet acte n’est en rien un acte religieux. Il n’a rien de religieux! Invoquer un Dieu, quel qu’il soit, n’est pas une raison suffisante pour qualifier un acte de religieux. Cet attentat est un acte terroriste et donc politique! Et à un tel acte nous devons donner une réponse politique!

Le piège est tendu!

Le piège qui est devant nous est immense et pourtant nous devrons tout faire pour l’éviter et en sortir plus grands, plus forts, plus humains encore. L’encre des derniers dessins des caricaturistes de Charlie Hebdo n’a pas encore séché que les pires amalgames et les pires propositions sont déjà mises en avant! Les premières sorties politiques des uns, les premières réactions des autres, sur les réseaux sociaux entre autres, font craindre le pire. Si nous voulons que CHARLIE existe toujours, que les raisons pour lesquelles les caricaturistes de l’hebdomadaire se battaient, il nous faudra mener le même combat, chacun à notre niveau, à notre échelle, avec nos moyens mais il ne nous faudra rien lâcher.

Un monde meilleur!

A toutes celles et tous ceux qui pensent à réinstaurer la peine de mort après les atrocités d’hier, il faudra dire que l’homme est faillible, qu’il commet des erreurs, des délits voire des crimes parfois d’une atrocité sans nom, et ce qui s’est passé à Charlie Hebdo n’est pas une erreur ou même un délit, c’est un crime qui n’a pas de nom! Mais parce que l’homme est faillible, sa justice l’est tout autant! Or, la peine de mort, c’est refuser la possibilité de corriger une erreur judiciaire, c’est refuser la possibilité même de l’erreur humaine, c’est refuser l’idée même… de la l’imperfection de l’homme, c’est l’instauration d’un nouveau dogme: celui de la toute puissance de l’homme, de son omniscience, de son omnipotence, érigées au rang de Dieu parfait! Dans ce nouveau dogme, la justice humaine serait la traduction sur Terre de la justice divine: infaillibilité! La vérité judiciaire serait implacable comme le serait la lame de la guillotine coupant les têtes les unes après les autres! Quel paradoxe ce serait finalement d’épouser les pratiques et l’idéologie déshumanisante de ceux qu’on condamne! Paradoxe de renier toutes nos valeurs pour lesquelles les caricaturistes sont morts! Enfin, quel paradoxe ce serait d’utiliser un acte barbare, la peine de mort, contre lequel Charlie Hebdo se battait pour venger ce même journal!

Featured image

Car, si on ne pourra jamais rendre15 ans de prison à un innocent condamné à tort, on peut lui rendre sa liberté, celle-là même qui a été attaquée hier à Paris! Mais par contre, on ne peut rendre la vie à un homme ou une femme exécuté(e), le fut-il légalement! Peut-être Dieu le peut-il, mais laissons-lui ce pouvoir (s’il existe!)!

La peine de mort n’a rien d’humain, la peine de mort c’est, tout en se prenant pour des dieux que nous ne sommes pas, se rabaisser à leur niveau, la peine de mort: c’est perdre notre humanité! Et je le dis haut et fort rien, rien, absolument rien, pas même les pires atrocités qu’un homme puisse faire subir à un autre, et celles de ces jours-ci en font partie, indubitablement, rien ne peut justifier de réinstaurer un jour la peine de mort!

Être Charlie, ce n’est pas seulement s’émouvoir de la mort atroce de caricaturistes, même si c’est nécessaire et bienvenu, mais c’est aussi et surtout se battre pour ce pourquoi ils se battaient: Un monde plus juste, un monde meilleur, un monde plus drôle!

Roccu GAROBY

Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune

Advertisements