27 septembre en Catalogne : Junts pel Sí

Junts_pel_Si_tealLe 27 septembre prochain auront lieu les élections ‘‘régionales’’ catalanes qui auront valeur de véritable référendum pour l’indépendance. Le droit à l’auto-détermination du peuple catalan ne peut plus être nié.

La victoire (non reconnue) du Référendum

catalogne-les-independantistes-reclament-des-elections-sous_467813_800x600Le 9 novembre dernier, dans la foulée du succès politique du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse du 18 septembre 2014, les Catalans avaient organisé leur propre référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Afin de tenir compte de la possibilité de construire un Royaume espagnol fédéral comprenant un Etat de Catalogne, le Parlement catalan avait posé 2 questions pour laisser libre le peuple de choisir la meilleure option : ‘‘Voulez-vous que la Catalogne devienne un État ?’’ Et en cas de réponse affirmative, ‘‘Voulez-vous que cet État soit indépendant ?’’

Mais c’était sans compter sur Romano Rajoy, le très conservateur et jacobin Premier Ministre espagnol, qui a refusé de reconnaître la légalité de ce scrutin, à la différence de David Cameron, l’ultralibéral et eurosceptique Premier Ministre britannique, qui avait, lui, validé le processus démocratique, tout en faisant campagne, sans surprise, contre l’indépendance de l’Ecosse. Par son comportement anti-démocratique, à la différence de son homologue britannique, le Premier Ministre espagnol a rendu l’organisation du scrutin bien plus compliquée puisque les fonctionnaires n’avaient pas le droit de l’organiser.

Malgré cela, les Catalans sont allés voter et plus de 2,3 millions d’électeurs ont déposé un bulletin dans l’urne, soutenant massivement, à près de 81%, l’indépendance de la Catalogne avec un double ‘‘SI’’, (oui en catalan). Aucun doute possible, les Catalans ont exprimé leur souhait d’être un Etat indépendant au sein de l’Union Européenne.

L’élection-plébiscite

Après le refus de Madrid de reconnaître ce scrutin, le Président catalan, Artus Mas, le leader de Convergència Democràtica de Catalunya (CDC), parti nationaliste de centre droit a proposé d’organiser des élections anticipées en Catalogne, avec pour thème principal de campagne : l’indépendance.

576_1437417886001C’est ainsi que les élections dites ‘‘régionales’’ du 27 septembre seront un véritable référendum, aussi appelé, élection-plébiscite pour ou contre l’indépendance. On peut interdire un référendum mais on ne peut interdire à un peuple de s’exprimer démocratiquement !

Et pour renforcer ce caractère quasi unique au cœur de l’élection, les 2 principaux partis en faveur de l’auto-détermination de Catalogne: Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), parti indépendantiste de gauche et partenaire du PNC au sein de l’Alliance Libre Européenne (ALE), et le CDC, ont décidé, avec d’autres petits partis, de faire une liste commune menée par…. la société civile qui porte à bout de bras le combat pour l’auto-détermination depuis près d’une décennie.

Ainsi, Raul Romeva (ancien député européen d’ICV (Iniciativa per Catalunya Verds : le parti vert catalan) mènera la liste devant Carme Forcadell ex-présidente de l’Assemblée Nationale Catalane (organisation qui promeut la création d’un Etat indépendant de Catalogne) et Muriel Casals l’ex-présidente Òmnium (qui défend la langue et la culture catalanes). L’actuel Président de la Catalogne, Artus Mas, ne sera ‘‘que’’ 4ème sur la liste, juste devant le Président d’ERC, Oriol Junqueras. Enfin, Pep Gardiola, l’ancien entraîneur qui a tout gagné avec le FC Barcelone (2009-2012), véritable symbole de l’unité du peuple catalan, sera le dernier sur le dernier sur la liste, comme un symbole.

Le chemin tracé vers l’indépendance

ERC et CDC, ainsi que toutes les organisations qui forment la liste commune Junts pel Sí, (Ensemble pour le oui), ont signé un accord électoral qui stipule qu’en cas de victoire, la nouvelle majorité parlementaire adoptera une déclaration d’indépendance, et au bout d’un processus qui durera environ de 18 moins, la nouvelle Consitution catalane sera présentée au peuple pour une adoption par référendum.

JUgFaoPAinsi, le peuple catalan a désormais le droit de décider de son avenir librement et démocratiquement. Et tout démocrate devrait soutenir ce scrutin, car nul ne peut bafouer un droit universel tel que le droit à l’auto-détermination des peuples. Tout Européen devrait soutenir ce scrutin car il est aussi un chance inouïe de refonder profondément l’Union Européenne. Enfin, tout progressiste devrait soutenir la liste Junts pel Si car elle est une opportunité rare de refonder la démocratie en Catalogne, en Espagne et partout ailleurs dans l’Union européenne.

Si seuls les Catalans pourront voter le 27 septembre, ils doivent savoir qu’ils peuvent compter sur l’indéfectible soutien de millions de citoyens européens qui espèrent voir naître à Barcelone, ce 27 septembre, une nouvelle Europe, une Europe démocratique, une Europe des peuples.

Roccu GAROBY

Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune

Advertisements