Catalogne: Une démonstration de force, une leçon de démocratie!

Le 11 septembre dernier, 2 millions de Catalans sont descendus dans les rues de Barcelone pour réclamer l’indépendance. Une démonstration de force qui s’avère être une leçon de démocratie!

Une démonstration de force
2 millions! C’est le chiffre de la journée. Ce vendredi 11 septembre 2015 restera, sans aucun doute, dans l’Histoire. Avec 2 millions de manifestants dans les rue de Barcelone, ce qui représente plus de 25% de la population de Catalogne, les Catalans ont organisé -proportionellement- la plus grande manifestation jamais organisée en Europe. Une mobilisation monstre, incroyable, qui ne peut d’ailleurs tenir sur une seule photo.

Imaginez l’un des plus grands, et surtout l’un des plus longs, boulevard de Barcelone, la Meridiana, large de plusieurs dizaines de mètres entièrement remplis par une foule compacte et le tout sur plus de 5 kilomètres! Puis, fendant cette foule, une immense flèche jaune longue de plusieurs mètres et portée par des jeunes coureurs, partie du début du cortège pour finir sa course sur la scène montée pour l’ccasion. La flèche pointe le Parlement catalan, temple de la démocratie catalane, elle montre aussi le sens de l’Histoire car les Catalans veulent leur propre état indépendant. Sur le chemin, au passage de la flèche, comme un seul homme, les manifestants scandent ”INDEPENDÈNCIA”, brandisaent des dizaines de milliers de drapeaux catalans et portant sur leur tête une petite flèche en carton pour montrer la direction du Parlement et comme pour indiquer qu’ils veulent, eux aussi, être de l’Histoire.

A regarder la foule, on se dit qu’on voit un peuple, un peuple uni, un peuple déterminé. Des hommes, des femmes, des enfants, des bébés, des anciens, des Barcelonais, des ruraux ayant fait le voyage exprès, des Catalans de souche et des Catalans d’adoption… bref, un peuple réuni dans sa diversité pour fêter la Diada, la fête nationale catalane, et réclamer pacifiquement et démocratiquement l’indépendance, seule option pour constuire un pays plus juste socialement, plus durable économiquement et plus transaprent démocratiquement.

Une leçon de démocratie
Cette demonstration de force est, en vérité, une leçon de démocratie! Revenons, un instant, un peu en arrière. En 2006, un nouveau statut d’autonomie pour la Catalogne est négocié et adopté par Barcelone et Madrid mais, en 2010, la Cour Constitutionelle espagnole vide le statut de toute sa substance. Les Catalans crient au scandale et déscendent pacifiquement dans la rue. Dès lors, la société civile et des organisations non gouvernementales organisent, lors de la fête nationale, la Diada le 11 septembre, une immense manifestation. En 2012, près d’1,5 million de personnes sont descendues dans la rue. En 2013, une chaîne humaine de plus 400 kilomètres est organisée sur le modèle des pays baltes à la chute de l’Union soviétique. En 2014, 1,8 million de Catalans forment un immense V (le V de Volem Votar (nous voulons voter) et de Victòria (victoire)) dans les rues de la capitale catalane, et donc, cette année, ce sont 2 millions de Catalans sur la Meridiana.

De plus, depuis 2010, les Catalans n’ont eu de cesse de demander un référendum sur l’indépendance de la Catalogne, mais Romano Rajoy, le Premier Ministre conservateur espagnol, a toujours refusé la moindre consession politique, économique ou démocratique. Pourtant, même les partis politiques qui n’étaient pas favorables à l’indépendance, étaient pour le droit de décider du peuple catalan. Il faut attendre finalement le 9 novembre 2014 pour voir les Catalans réussir l’exploit d’organiser une consultation non officielle, donc sans les moyens de l’Etat, au cours de laquelle 80% des votants ont dit ”oui” à l’indépendance.

Malgré la victoire, ce référendum n’est pas reconnu et donc non contraignant, à la différence du référendum écossais que David Cameron, le Premier Ministre Britannique, avait reconnu, et les partis pro-indépendance doivent donc trouver une voie légale et démocratique. C’est ainsi qu’un accord entre les partis pro-indépendance Convergencia (centre-droit) et ERC (gauche et partenaire du PNC au sein de l’ALE) voit le jour pour organiser une élection ”régionale”, légale celle-ci, qui aura pour but de trancher démocratiquement la question de l’indépendance.
Le 27 septembre prochain, la liste Junts Pel Si (Ensemble pour le oui (pour l’indépendance)) a pour objectif d’obtenir la majorité au Parlement catalan (au moins 68 sièges sur 135). Les premiers sondages donnent 42 à 45% des voix à la liste et entre 65 et 70 sièges à la liste commune, soit aux alentours de la majorité absolue. Mais, si on ajoute le petit parti d’extrême gauche CUP, qui ne fait pas partie de la coalition Junts Pel Si mais qui soutient l’indépendance, le bloc indépendantiste pourrait atteindre 52% des voix et 80 sièges, soit la majorité absolue des sièges et des voix. Dès lors, nul ne pourra contester la légalité et la légitimité du choix des Catalans.

Après tout cela: (absence totale de violence, mouvement profondément démocratique, implication totale de la société civile, manifestations réunissant plusieurs millions de Catalans, référendum ayant donné 80% pour l’indépendance, refus systématique de Madrid de négocier un compromis acceptable malgré la volonté de négocier des Catalans, obscurantisme du Tribunal constitutionel…) qui peut encore nier l’élan démocratique, au premier sens du terme, du peuple catalan?

En attendant le 27 septembre et la victoire du oui (à l’indépendance), nous apprenons de nos amis catalan, jour après jour, ce que doit être une vraie démocratie au XXIème siècle. Le pouvoir au peuple, par le peuple et pour le peuple afin de créer un pays libre, un pays juste, un pays solidaire!

Visca Catalunya lliure!

Roccu GAROBY
Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune

Advertisements