Construisons, ensemble, une Europe des peuples!

thumb_474__4er

L’Europe des Etats a failli à sa mission et elle est un échec. Sur ses cendres, une autre Europe est à construire. Dans la solidarité des peuples en lutte, il nous revient le devoir de construire cette nouvelle Europe.

La faillite de l’Europe des Etats

L’Europe des Etats devait nous permettre d’assurer la paix, le développement économique, la démocratie et l’amélioration de la situation sociale des citoyens européens. Après 60 ans d’Europe, le constat est rude. La paix, bien qu’entretenue au sein de l’Union, est mise en danger aux portes de l’Europe, que ce soit en Ukraine ou en Syrie, par exemple. La démocratie, bien que dans un meilleur état que sur d’autres continents, est régulièrement bafouée (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes non respecté, référendum non-suivi…), et la crise économique et sociale semble être sans fin sur le ”vieux Continent”. Il est grand temps de dire que cette Europe, celle des Etats, est un échec.

Incapables de se réformer, d’évoluer ou simplement de penser l’Europe et le monde de demain, les Etats, et en tête les chefs d’Etat et de gouvernement, s’entêtent à vouloir persévérer dans une fuite en avant qui ne pourra qu’accentuer les effets déjà désastreux que nous subissons.

Les peuples ont des droits qui s’imposent aux Etats car ils sont universels et inaliénables. Nul ne peut nier le fait démocratique, pas même un Etat, sous aucun prétexte. De plus, les crimes et délits sont devenus transfrontaliers, que ce soit dans le domaine économique, (évasion fiscale, paradis fiscaux…) ou que dans les domaines policiers et judiciaires (actes terroristes…).

C’est pourquoi il est temps de dresser le constat, et la pierre tombale, de cette Europe qui refuse de reconnaître à ses peuples de vivre libres, qui préfère fermer les yeux sur la fraude fiscale, les paradis fiscaux, le monde de la finance et qui est inefficace pour assurer notre sécurité.

La nouvelle Europe

Si l’Europe est un vieux Continent, ce n’est pas tant par sa démographie, qui est certes vieillissante, que par son incapacité à se moderniser et à évoluer vers une structure démocratique qui respecte les peuples et leurs votes. Si l’Europe est vieillissante, ce n’est pas tant que son histoire soit vieille, à bien des égards, d’autres Continents ont une histoire tout aussi ancienne, voire plus que la nôtre, mais parce qu’elle subit les marques de l’âge au lieu de combattre, avec la fougue et la passion de la jeunesse, le monde tel qu’il est. Si l’Europe est vieillissante ce n’est pas tant parce que les anciens ne transmettent plus leur savoir aux jeunes que parce les jeunes générations n’ont de rêve que celui de consommer, de détenir, d’avoir plutôt que d’être.

A petit feu, la vieille Europe se meurt mais il est de notre devoir de construire une nouvelle Europe, une Europe démocratique, une Europe qui respecte les minorités, les régions et les nations sans Etats, une Europe qui ne laisse personne sur le bord du chemin, une Europe qui soit l’incarnation de la solidarité entre les peuples et non la compétittion des uns contre les autres. En somme: une Europe des peuples!

”Le rêve ne mourra jamais!”

Au lendemain du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, Alex Salmond, ex-Premier Minsitre de l’Ecosse, a déclaré: ”Le rêve ne doit jamais mourir”, afin d’enjoindre les jeunes générations à toujours croire en la liberté. Et, il y a quelque jours, lors de la réception des délégués de l’ALE dans les murs de l’Assemblea di Corsica, Gilles Simeoni, u Primu Ministru corsu, a prononcé les mots suivants: ”Nous rêvons encore!”, faisant référence à la victoire des nationalistes corses en décembre dernier. Ces propos font, bien sûr, écho à ceux de l’ancien leader nationaliste, mais ils nous font surtout comprendre que nous n’abandonnerons jamais nos rêves de liberté, de démocratie et de solidarité.

C’est pourquoi nous répondons, qu’aussi longtemps que les jeunes apprendront des anciens, aussi longtemps que le flambeau passera d’une génération à l’autre, aussi longtemps que les jeunes se battront pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et aussi longtemps que nous nous engagerons pour défendre la solidarité entre les peuples, ”Le rêve ne mourra jamais!”

Un autre avenir est nécessaire pour nos peuples et une autre Europe est possible. Et c’est à nous, minorités discriminées, peuples en lutte, nations sans Etats de la construire, dans l’adversité qui nous lie et dans l’amitié qui nous unit. Alors, construisons ensemble cette autre Europe, cette Europe des peuples!

Roccu GAROBY

Vice-Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune

Advertisements